SPORTIF

La pratique sportive permet de maintenir un bon état de santé autant sur le plan mental (exutoire, moyen de décompresser) que physique, à condition qu’elle soit réalisée de manière correcte.

Le suivi ostéopathique chez un athlète amateur ou professionnel est un travail préparatoire et/ou de fond pouvant s’effectuer de la manière suivante :

– soit en amont de l’épreuve (c’est à dire avant) si le sportif se plaint des gènes ou des douleurs persistantes, l’ostéopathe cherchera le complexe lésionnel qui crée le déséquilibre et qui est à l’origine de la douleur, puis ainsi le corrigera.

– soit pendant l’épreuve, par exemple chez le sportif qui se plaint d’une douleur aigue dans le dos suite à une chute dessus, le thérapeute interviendra de manière directe et locale.

– soit après l’épreuve l’intervention ostéopathique va être requise afin de relâcher les tensions des tissus lésés et/ou hyper-sollicités, augmentant ainsi la force de récupération.

De ce fait comme nous venons de le voir dans ces trois étapes, en rééquilibrant les schémas structurels et fonctionnels en dysfonction du sportif, et donc en potentialisant ses capacités d’auto-guérison et de vitalité, le praticien ostéopathe favorisera les performances du sportif.

Pour une récupération optimale et un plus prompt retour sur le chemin de la guérison le travail ostéopathique se fera en collaboration avec une équipe pluridisciplinaire (kinésithérapeute, podologue, naturopathe, homéopathe, etc).

Quelques conseils pratiques :

  • pour les coureurs sur surface dure, privilégier des chaussures de sport adaptées;
  • pour les courses longues distances (marathon, ultra-trail, etc) une préparation de minimum six mois est fortement conseillée et nécessaire, surtout chez les personnes n’ayant pas une pratique régulière sportive. En effet notre style de vie quasi-sédentaire ainsi que l’intensité et la rudesse de certaines épreuves vont mettre à mal les articulations et certaines parties du corps.